Select Page

Suis revenu sur le site avec le projet de faire de nouvelles photos, observer.
Rush entre 11:00 et 12:30, beaucoup de gens à passer.

Temps du pique-nique avec Clément et Dan. Dans l’abri, nous créons une bulle à 3. Dan nous donne le récit de ‘la complainte du vieux marin’ de Coleridge, il a ramené quelques vieux livres pour l’abri. Sortir faire des photos. Aller et venir en fonction de la lumière.

***

Back on site, planning to take more photos, to observe.
A rush between 11.00 and 12.30, lots of passers by.

Time for a picnic with Clément and Dan. In the shelter we create a cocoon for three. Dan gives us ‘The Rhyme of the Ancient Mariner’ by Coleridge, he’s been collecting old books for the shelter. I go out to take more photos, coming in and out, depending on the light.


Me rend compte que je me suis construit 3 vues dont je profite depuis mon billot : des fenêtres… Hasard ? Les « folies » du parc comportent souvent 3 vues.

De nouveau seul.

Des gens qui passent, beaucoup, après 15:00, un vrai défilé. Comme la porte a été déplacée, certains pénètrent l’espace intime de l’abri. Ai facilité les choses en les invitant à s’asseoir, je sais que l’espace fonctionne à 3. Cela m’intrigue de les voir là à nos places… Je blague : « merci, installez vous sur les billots de bois, c’est super ; maintenant que vous avez pris ma place, je suis libre. » Je me retire de la cabane. « Vous retrouverez votre liberté dès que quelqu’un rompra le sortilège. » Rires.
Je suis devenu le « Social Hermit » plaisante Dan quand on se retrouve.

***

People go by, lots of them, after 15.00 a real procession. As the door has been moved, some of them come right inside the shelter. I make it easier for them by inviting them to sit down, I know there’s room for 3. It intrigues me to see them in our places…. I joke “thank you, make yourselves at home here, that’s great; now that you have taken my place, I’m free.” I retire to my sleeping area. “ You’ll regain your freedom as soon as someone else breaks the spell.” Laughter.
When we meet again Dan jokes that I’ve become the ‘sociable hermit’.

 

 
 

Paradoxal cette situation de retrait, à distance des bâtiments du parc, avec ces relations parfois insistantes avec le public qui fréquente le chemin. Cela m’interroge. La tension est intéressante. Prendre le temps de réfléchir avec ces changements d’état devient difficile.

Plus on s’installe ici, plus l’endroit devient nôtre : se sentir dérangé quand arrivent de nouveaux visiteurs, sentiment d’intrusion. Finir par se sentir chez soi. Vouloir rester entre nous, ou seul. Je me prends alors à imaginer un ermite ici, en d’autres temps.

En fin de journée j’apprécie le silence revenu, enfin, le paysage sonore. Ça redevient calme. Le milieu m’affecte, m’apaise. Je peux à la fois m’ouvrir à ce qui m’entoure et me replonger dans mes pensées.

***

It’s paradoxical this hiding away in solitude, far away from any buildings in the gardens, interspersed with these exchanges from time to time with the people who are using the path. I muse over this. The stress is interesting. Taking time to think about these sudden changes in my situation becomes difficult.

The more I become settled in here, the more the place becomes my own, it’s an inconvenience when new visitors arrive, feels an intrusion. I end up feeling at home. I want to stay, with just my friends or alone. I begin to imagine how it was in former times to be a hermit living here.

I appreciate it when the silence returns at the end of the day,the landscape reverberates. It becomes calm again. I’m affected by my surroundings, soothed. I’m able at the same time to be open to all that surrounds me and to lose myself again in my own thoughts.

Demain samedi, la fin de l’expérience approche.

***

It’s Saturday tomorrow. My experience is drawing to a close.